Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Description des sujets de recherche du concours supplémentaire de subventions de projets stratégiques

Retour à la description du programme

Aquaculture

L’aquaculture (l’élevage du poisson, des mollusques et crustacés et la culture des algues et des plantes aquatiques) devrait contribuer pour plus de la moitié de la production mondiale de produits de la mer d’ici 2030. Malgré les ressources aquatiques du Canada, son infrastructure de transformation des poissons et fruits de mer et la proximité de ses marchés, le pays ne possède pas encore d’industrie aquacole importante. On encourage les chercheurs à élaborer des projets de recherche visant à améliorer l’efficacité de la production et la durabilité environnementale de l’industrie aquacole.

Les recherches qui s’inscrivent dans ce sujet se limiteront aux aspects suivants :

(1) Santé de l’écosystème et interactions environnementales
Des recherches doivent être menées afin d’améliorer la compréhension des interactions que les organismes d’élevage ont avec leur environnement et de l’influence qu’ils exercent sur celui-ci. Par exemple, les recherches pourraient se concentrer sur la lutte antiparasitaire, les interactions entre les poissons sauvages et les poissons d’élevage, les effets des algues nuisibles, les interactions entre les maladies, les indicateurs écosystémiques et le cheminement des effets.

(2) Santé et bien-être des poissons et des mollusques et crustacés
Des poissons en santé témoignent d’un environnement sain et de bonnes conditions d’élevage. Les conditions environnementales varient énormément en raison des climats changeants dans lesquels évoluent les cultures au Canada, à un tel point que les limites physiologiques des organismes peuvent parfois être mises à l’épreuve. Le déplacement des organismes d’élevage des sites côtiers protégés vers des sites aux conditions plus dynamiques en pleine mer pourrait imposer de nouvelles contraintes sur leur santé. Il faudra mettre au point des méthodes efficaces pour protéger les espèces cultivées en aquaculture de l’exposition aux agents pathogènes sauvages. Il importe de définir les interactions entre les organismes d’élevage en matière de santé et d’environnement et d’élaborer des solutions d’atténuation pour protéger la santé des poissons.

(3) Progrès technologiques
Il est toujours nécessaire de perfectionner la technologie de production des mollusques et crustacés, des poissons et des algues pour réduire les incidences environnementales, maintenir ou améliorer la santé des organismes d’élevage, s’adapter aux environnements nouveaux et changeants et assurer la compétitivité de l’industrie dans l’économie mondiale.

(4) Génétique et élevage
Pour pratiquer l’élevage, il faut pouvoir compter sur des géniteurs bien développés et adaptés aux conditions de l’environnement. Une compréhension poussée des caractéristiques de la production d’animaux d’élevage au moyen de la génomique et de la protéomique est essentielle pour faire progresser les programmes de reproduction sélective qui permettent d’accroître le rendement des poissons et des mollusques et crustacés pour les espèces existantes, comme le saumon, la truite, les moules et les huîtres, et pour les espèces émergentes, comme la morue, la morue charbonnière, la panope et l’ormeau.

Pêche de capture

L’industrie canadienne de la pêche de capture est diverse et importante : elle effectue des opérations commerciales au large de trois côtes ainsi que dans les eaux intérieures et elle exporte environ 80 p. 100 de sa production. Les opérations de pêche sont sensibles à la hausse du coût du carburant qui, au cours des derniers mois, a exercé une énorme pression sur la capacité des exploitants de produire des produits dans la fourchette de prix que peuvent soutenir les conditions actuelles du marché. Des recherches doivent être menées afin d’aider l’industrie à maintenir sa compétitivité dans un contexte commercial de plus en plus difficile. On encourage les chercheurs à accroître la recherche actuelle ou à élaborer de nouveaux projets innovateurs visant à relever les défis et à s’attaquer aux domaines de recherche prioritaires cernés par l’industrie de la pêche de capture.

Les recherches qui s’inscrivent dans ce sujet se limiteront aux aspects suivants :

(1) Efficacité opérationnelle et développement technologique de la pêche de capture
Des recherches doivent être effectuées afin d’améliorer l’efficacité des opérations et de promouvoir l’innovation dans l’industrie canadienne de la pêche de capture. Les projets de recherche se rapportant à ce thème porteront sur le développement de la technologie en vue d’améliorer le rendement économique et d’appuyer l’innovation relativement aux volets « pêche » et « transformation » de l’industrie de la pêche pour maintenir et améliorer la compétitivité. Les résultats dans ces secteurs sont essentiels afin de diminuer la pression exercée par les coûts du carburant et d’exploitation ainsi que par la menace des marchés étrangers de développer de façon agressive des exportateurs de produits du poisson partout dans le monde. Les recherches proposées dans le cadre de ce sujet comprennent notamment le rendement accru du carburant pour les bateaux, les engins de pêche économiques, la gestion des déchets et la traçabilité des produits de la mer canadiens.

Les chercheurs pourraient également effectuer des travaux de recherche relatifs aux engins et aux méthodes d’adaptation visant à améliorer la durabilité de l’écosystème, comme la modification des engins de pêche afin de réduire les captures accessoires et de diminuer l’incidence des engins de pêche sur l’habitat benthique et la technologie pour faciliter la surveillance et le contrôle des pêches.

(2) Questions stratégiques liées à la durabilité des ressources et des écosystèmes
Des recherches doivent être effectuées sur une vaste gamme de questions relatives à la durabilité des ressources et des écosystèmes et portant sur la biologie, l’écologie et la science des écosystèmes. La durabilité s’obtient grâce à des mesures de gestion appropriées, fondées sur une bonne compréhension de données scientifiques. Une science fondamentale et appliquée supplémentaire est essentielle à la durabilité des pêches de capture canadiennes, pour ainsi assurer l’avenir de nos ressources naturelles et des activités qui en dépendent, et être en mesure de démontrer aux autres que c’est bel et bien le cas. Les recherches proposées dans le cadre de ce sujet comprennent notamment la biologie et l’écologie des espèces exploitées, les incidences de la pêche sur l’habitat, les interactions entre l’écosystème et les opérations de pêche.

  • Meilleure connaissance des habitats et des écosystèmes
    La gestion de la durabilité met une pression supplémentaire sur la nécessité de s’assurer que la santé de l’écosystème, de ses populations constituantes et de ses composantes est bien comprise. Diverses recherches sont nécessaires pour combler les principales lacunes de notre compréhension de la biologie et de l’écologie des ressources exploitées par la pêche canadienne.

  • Répercussions des pêches sur l’écosystème
    Les activités de l’industrie de la pêche peuvent avoir des répercussions sur les écosystèmes ou sur l’état des populations, notamment les ressources exploitées, la biodiversité et l’habitat aquatique. Les travaux de recherche sont axés sur le besoin de comprendre les répercussions que ces types de pêche peuvent avoir sur l’écosystème dans lequel ils sont pratiqués. Ces questions surgissent souvent lorsqu’un secteur fait une demande d’écocertification et lorsque les exigences relatives au maintien de la certification doivent être respectées. D’importantes recherches sont nécessaires pour comprendre la fragilité et la résilience des ressources et de l’écosystème, les principaux indicateurs de l’état de l’écosystème en lien avec la pêche et les répercussions à court terme, à moyen terme et à long terme de la pêche. Tout aussi importante est la recherche axée sur l’atténuation des répercussions de la pêche sur l’écosystème.

  • Les pratiques de gestion fondées sur l’écosystème et des mesures de mise en valeur des ressources
    Des mesures de mise en valeur des ressources ont été prises dans l’ensemble du Canada et la mise en œuvre de pratiques de gestion des écosystèmes comme des zones de pêche fermées et des aires marines protégées est en hausse. Il faut mener des recherches pour élaborer, appuyer et mettre à l’essai de nouvelles approches permettant de comprendre la réussite, l’efficacité des initiatives existantes et les avantages qu’elles présentent pour les écosystèmes et les pêches.
Les gens. La découverte. L'innovation.