Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada
Symbol of the Government of Canada

Liens de la barre de menu commune

Ancien lauréat
Bourses commémoratives E.W.R. Steacie du CRSNG de 2014

Ehab Abouheif

Département de biologie

Université McGill

Ehab Abouheif
Ehab Abouheif

Réactiver d’anciens gènes pour améliorer les cultures et combattre le cancer

Des travaux de recherche canadiens qui transforment certaines fourmis en « supersoldates » pourvues d’une immense tête oblongue et de terribles mâchoires géantes pourraient aider à produire des cultures qui ont une plus grande valeur nutritive ou à comprendre les mécanismes qui causent le cancer.

La découverte révolutionnaire du biologiste de l’Université McGill Ehab Abouheif est issue de la fusion de domaines traditionnellement distincts : l’écologie, la biologie de l’évolution et la biologie du développement (l’éco-évo-dévo). Cette fusion avait pour but de découvrir les règles qui régissent les interactions entre les gènes d’un organisme et son environnement.

Les travaux de M. Abouheif révèlent qu’il existe des gènes ancestraux inactifs dans tous les animaux et qu’il est possible de les réactiver au moyen des bons déclencheurs. Pour ses essais, le chercheur a utilisé un genre particulier de fourmis (Pheidole) qui ont un trait génétique commun : elles produisent trois types d’ouvrières distincts (ouvrières mineures, soldates et supersoldates). Bien que les supersoldates soient disparues du genre il y a de 35 à 65 millions d’années, l’équipe de M. Abouheif a montré qu’il est possible de réaliser ce potentiel génétique caché en administrant aux larves de fortes doses d’hormones à une étape cruciale de leur développement.

Lauréat de la Bourse commémorative E.W.R. Steacie de 2014, M. Abouheif croit que ce puissant facteur de l’évolution pourrait servir à stimuler des gènes inactifs dans les plantes afin d’en accroître la valeur nutritive, ainsi qu’à comprendre les changements dans l’environnement qui déclenchent le trait génétique à l’origine du cancer.

Seulement 11 ans après l’obtention de son doctorat, M. Abouheif est déjà solidement établi comme chef de file international de ce nouveau domaine.

Les gens. La découverte. L'innovation.